• Lindos

    Quelle image avez-vous de la Grèce? des paysages magnifiques? Un pays touchés par la pauvreté? Sous la chaleur du Soleil d'un ciel sans nuage, j'ai pu découvrir ce pays, et plus précisément l'île de Rhodes. 

    Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler de mon souvenir d'une ville particulièrement intéressante qui se nomme Lindos. Peut-être que mon récit sera un peu brouillon car ces souvenirs datent de quelques mois déjà mais j'ai ressenti le besoin d'écrire à nouveau pour me souvenir. Pour me souvenir de ce que j'avais pu voir. Afin de ne pas perdre ces visions qui, pour le moment, sont encore gravées dans ma mémoire. Lors de ce voyage, j'ai pris très peu de photos. Ce sont mes yeux qui ont immortalisé les moments passés en Grèce. Et je continues de les graver en les racontant à travers ces textes. 

    Un jour, mes parents ont décidé de nous emmener dans une ville réputée pour être touristiques qui s'appelle Lindos. Nous avons pris le bus pour nous  y rendre, ce même bus déjà prit lorsque nous étions allés à Lardos. 

    Lindos était décrite dans un guide comme une petite ville typique et touristique. Après trente minutes de trajet, nous sommes arrivés. Nous étions au sommet d'une colline et pour accéder à Lindos, il nous fallait la descendre. Il y avait beaucoup de monde ce jour-là, surtout des touristes en fait. Nous avons tout simplement suivi le mouvement. 

    Je ne sais pas si vous voyez comment sont les habitations grecques. Elles sont en général blanches et carrés. Lindos est le parfait exemple de cette description. 

    Nous avons descendu une colline pour pouvoir entrer dans la ville en elle-même. C'était un vrai labyrinthe. C'était une ville qui commerçante qui attirait les touristes. Les rues étroites étaient étudiées de telle sorte que les touristes devaient passer absolument devant tous les magasins. Impossible d'en éviter un. Ce côté ultra économique est assez déroutant. Tout est fait pour que les touristes laissent de l'argent. 

    Une fois le labyrinthe de boutiques dépassé, sur les hauteurs de la villes, se trouvaient les restes d'un temple. Je ne sais plus pour quelle divinité il avait été construit. En revanche, la vue était à vous couper le souffle. D'un côté, vous voyez toute la ville qui s'étendait devant vous avec toutes ces maisons aussi blanches que la neiges. Vous voyez les ânes qui montaient certains touristes le long de la colline. Lindos, de cette hauteur, prenait des airs de fourmilière géante. Et de l'autre côté, vous aviez, la mer. La mer qui s'étendait à perte de vue jusqu'à ce confondre avec le ciel à l'horizon. Imaginez vous vous trouver devant cette étendue d'eau, l'air tiède et de doux du printemps venant vous caresser le visage. L'odeur salée de la mer vient vous chatouiller les narines. Dans ce genre de moments, vous vous sentez hors du temps. Encore aujourd'hui, fermer les yeux me permet de revoir ces images et ses sensations. Elles sont gravées en moi. 

    Arrachée à ma contemplation, mes parents m'ont appelée. Il était temps de redescendre, de quitter le temps et Lindos. De reprendre le bus, de retourner à l'hôtel, au monde civilisé. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :