• ♦Mon espoir: te voir♦

    Il faisait noir, sombre et tout était silencieux. Puis, doucement , une lueur réconfortante apparut. Elle s'intensifia peu à peu et des bruits se manifestèrent.

    Doucement, une jeune fille ouvrit ses yeux. Elle était âgée de 15 ans. Lorsque ses yeux avaient commencé à s'ouvrir, elle s'était battue pour les garder fermés. C'était peine perdue. 

    Elle avait fini par s'éveiller mais elle n'avait pas envi. La jeune fille se trouvait sur le côté. Les murs de la grande pièce où elle se trouvait était blancs, le plafond aussi et elle voyait devant elle une table où se trouvait des tas de fiches.

    L'adolescente n'était pas seule. Des personnes en blouse blanche marchait à travers la pièce allant de lit en lit, car, oui, dans cette pièce se trouvait plusqieurs lit. La jeune fille tenta de parler mais aucun son ne sortit de sa bouche asséchée. Elle ressentait la faim et la soif mais il lui était impossible de le dire. Une femme portant une blouse blanche remarque que la fille était réveillée.

    "Josselin! appela-t-elle.

    -Oui? Oh! La petite est réveillée.

    L'homme, lui aussi en blouse blanche, regarda sa montre.

    -Et bien, ramène-la dans 10 minutes.

    -Bien."

    Puis ils s'éloignèrent. La jeune fille voulut protester mais son corps était encore bien trop faible.

    Une dizaine de minutes plus tard, la femme revint et poussa le lit où se trouvait l'adolescente. Elle regarda sa patiente puis lui sourit:

    "Tu partiras sûrement vite d'ici."

    Cette affirmation, la jeune fille en doutait car cela faisait déjà quelques jours qu'elle se trouvait dans ce bâtiment et elle ne se faisait aucun espoir.

    Une fois mise dans sa chambre, la femme laissa la jeune fille seule. Cette dernière tourna sa tête vers la fenêtre et observa longuement le ciel bleu, les oiseaux volant, les nuages et les quelques avions qui passaient par là.

    Elle ressentit une immanse solitude à la vue de toute cette vie. Peu à peu ses forces revenaient. Sa mère entra en compagnie d'un homme en blouse blanche.

    "Ma chérie! Alors comment vas-tu?

    L'adolescente eut un mal fou à lui répondre.

    -Mal...

    L'homme parla à son tour:

    -C'est normal, après une opération de cette envergure.

    Il se pencha vers une feuille laisser par la femme à son attention.

    -Hum... Madame, puije-vous voir dans le couloir?

    La mère de la jeune fille lui adressa un bref regard.

    -Bien sûr."

    Les deux adultes quittèrent la pièce et lorsque la mère revint son visage était livide. La jeune fille commença à s'inquiéter.

    "Maman, que se passe-t-il?

    -Rien...

    -Dis-moi!

    -Le médecin vient de me dire que... qu'il n'y avait que très peu d'espoir pour que tu survives...

    -Quoi!!! Mais... mais l'opération?

    -Elle augmente légérement tes chances de survies..."

    Sous le choc, la jeune fille ordonna à sa mère de partir. Puis, elle pleura toutes les larmes de son corps.

     

    Les jours passèrent un à un et chaque jour, l'adolescente faiblissait. Elle pouvait à présent à peine marché quelques mètres sans s'éssouffler ou tomber. Sa famille lui rendait souvent visite mais elle n'épprouvait aucun plaisir à les voir car ses amis lui manquaient encore plus. Depuis son entrée à l'hôpital, elle n'avait plus eut de nouvelles d'eux.

    La jeune fille n'avait jamais révélé à ses amis ses problèmes de santé pour ne pas les inquiéter mais elle aurait aimé les voir encore une fois surtout un! Lui, un de ses amis, lui, elle l'aimait en secret depuis quelques années et elle n'avait jamais trouvé le courage de le lui dire. D'ailleurs, ses amis ne savaient même pas qu'elle s'était fait opéré ni même le fait qu'elle avait peut d'espoir de rester en vie plus d'un mois...

    Elle avait, elle-même, créé sa propre solitude sans le vouloir. L'adolescente n'avait tout simplement pas voulu les inquiéter.

     

    Soudain, un frappement à sa porte la sortit de ses pensées. Elle se releva sur son lit et se mit en position assise avant de dire "entez!". Elle eut une immense surprise en voyant plusieurs personnes entrer dans  sa chambre.

    Il y avait en tout, 8 personnes, ses amis. La jeune fille fut tellement émue de les voir qu'elle plaqua ses mains sur sa bouche pour étouffer un cri de joie. De larmes de joie coulèrent le long de ses joues pâles.

    Ses amis, tous autour de son lit souriaient et riaient.

    "Comment? demanda-t-elle. Comment savez-vous que j'étais là?

    Ce fut une fille très grade à la peau chocolat qui lui répondit un sourire au visage:

    -On s'inquiéter tous de ne plus te voir en plus, tu ne répondais pas à ton portable.

    -Alors, je suis aller voir ta mère qui m'as tout dit, expliqua une autre fille ronde avec des cheveux roux.

    -Merci!"

    Les adolescents parlèrent tous ensemble et prirent des nouvelles de leur amie malade. Tous savaient qu'elle allait peut_être mourir mais aucun n'en parla afin de profiter plainement de ce moment.

    Puis, un à un, les camarades de la jeune fille durent rentrer chez eux. Ils n'étaient plus que trois à la fin. L'adolescente, la fille rousse et le garçon qu'elle aimait car, oui, il était venu la voir mais en tant qu'ami évidemment. 

    "Bon, et bien, je vais vous laisser, dit l'adolescente rousse en partant.

    Il ne resta plus que le garçon. Tous deux ne parlaient pas et étaient gênaient, ils ne s'étaient jamais retrouvés seuls.

    "Euh... je suppose que t'es fatiquée.... Je vais y aller, salut!

    Il commença à partir mais la jeune fille attrappa instinctivement la manche du sweat à capuche du garçon.

    -Attend...

    Il se retourna assez surpris vers elle:

    -Oui?

    -Je... désolé.. m... mais je voulais te dire quelques chose...

    Elle hésita à poursuivre mais elle ne pouvait plus s'arrêter, elle en avait déjà trop dit!

    -Je... Je...Je t'ai... JE T'AIME!

    Ses joues s'empourprèrent. L'adolescent avait ses yeux écarquillés et lorsque la jeune fille le regarda droit dans les yeux il se rendit compte qu'il l'aimait lui aussi. Ce n'était pas la plus belle, mais elle n'était pas moche, ce n'était pas la plus drôle mais elle était toujours là et faisait de son mieux pour aider ses amis, ce n'était pas non plus, la plus baverde mais ses paroles était toujours réfléchie. Le garçon était conscient qu'elle était extrémement timide et le fait qu'elle lui ai avouait ses sentiments était un exploit pour elle, alors, il fut ému.

    -Moi aussi, murmura-t-il. Je te soutiendrai jusqu'à ce que tu sortes de cet hôpital de malheur!"

    Puis, il l'embrassa avec tendresse sur la bouche.

     

    ----------

    Un mois plus tard, l'adolescente sortit de l'hôpital pour la première fois depuis son intervention. Un sourire épanouit sur ses lèvres, elle savourait l'air pur qu'elle respirait, à côté d'elle son petit-ami lui tenait la main et riait en la voyant se conduire de cette manière.

    Fin

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Mars 2014 à 00:19

    ^^ j'aime bien

    2
    Jeudi 20 Mars 2014 à 17:07

    Merci :)

    3
    Dimanche 1er Juin 2014 à 15:06

    magnifique fin *-*

    4
    Dimanche 1er Juin 2014 à 15:08

    hihi ^^ Merci. Je suis contente que tu ais aimé :)

    5
    Vendredi 27 Février 2015 à 21:26

    J'adore! J'adore! J'adore! :)

    6
    Vendredi 27 Février 2015 à 21:29

    Merci, merci, merci :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :