• Certains ont peur de ces êtres froids et effrayants faits de pierres. Ces êtres qu'on peut apercevoir en haut de la cathédrale Notre Dame de Paris... Les gargouilles, du haut du bâtiment surveillent la capitale.

     

        Je lève les yeux vers la cathédrale et pose son regard sur l'une des nombreuses gargouilles. J'en frissonne. Ces monstres de pierre me terrifient depuis son enfance. Au passage, je m'appelle Lisbeth.

        Ce soir, c'est le 21 juin, le jour de la fête de la musique. J'ai traversé la ruelle sombre où j'habite afin de rejoindre une place où de nombreux musiciens jouent de leurs instruments. Beaucoup de personnes sont déjà présentes alors qu'il est encore assez tôt. Je regarde tout autour de moi à la recherche de mes amis: Georges, Mélanie, Chloé, Adelle et Simon. La foule n'est pas encore dense, alors, je me faufile parmi les passants jusqu'au centre de la place où se trouve un petite fontaine. Ils sont tous là en train de baverder tranquillement. Simon est le premier à me voir, il se lève et vient à ma rencontre:

      "Lis! salut!

     -Salut ! On va s'amuser ce soir!"

    On se sourit et nous retournons près de nos amis qui me saluent. Nous regardons la place se remplir peu à peu de monde. La musique commence à envahir les rues de Paris.

      "Au fait, je ne pourrais pas rester longtemps..., dis-je à mes amis.

      -Hein? Mais pourquoi? me demande Adelle.

      -Et bien, je dois aider Mirta, ce soir, désolé..."

    Mélanie frissonne de terreur et je la comprend! Mirta, c'est ma cousine et elle est insupportable... Si je dois l'aider ce soir c'est parce qu'elle débute sa "carrière de chanteuse" même si sa voix ferait peur à un ours.

        Nous nous amusons deux heures sur la place à danser aux rythmes des musiques. Puis, je leur dis au revoir.

     

        Maintenant, la foule est dense et j'ai assez de mal à traverser la place. Je me fait bousculer à plusieurs reprises. Et... j'ai une impression étrange... comme si des yeux me surveillent mais j'ai beau me retourner personne ne fait attention à moi.

        Je m'engouffre dans ma petite ruelle sombre. J'ai toujours cette horrible impression... Je me retourne en direction de la place mais je ne vois rien. Mon coeur cogne plus fort. La peur s'empare un peu de moi, je dois être un peu paranoïaque... Mon regard va ensuite se poser sur les gargouilles.

        Quelque chose ne va pas! Elles sont différentes de l'ordinaire... D'habitube elles m'inspirent de la peur et de la crainte mais là... je leur trouve un air inquiet! Sûrement mon imagination encore!

        Cependant, je ne peux m'empêcher de les compter. J'avais raison, quelque chose d'anormale se passe! Il en manque quelques unes... et je n'aime pas ça! Je les compte tous les jours et jamais il n'en manque une! Je dis bien jamais et ça depuis plusieurs années!

        Ma peur se transforme en angoisse. Quel rapport entre l'impression d'être épiée et les gargouilles manquantes?  Aucun mais mon esprit me dit le contraire... J'habite à l'autre bout de la ruelle. Je me remets en marche en allant plus vite.  J'entends un bruit sourd derrière moi. Je me retourne aussitôt! Rien... La ruelle est totalement déserte... Je commence à croire que je suis folle!  Je recommence à marcher, la ruelle me paraît s'agrandir et j'ai l'impression que jamais je ne vais arrivée chez moi.

        Encore un bruit! Je me retourne une nouvelle fois mais le résultat est le même. Je serre les poings, c'est la première fois que j'ai aussi peur! Je respire lentement pour me calmer.

        Tout ça c'est dans ma tête... Personne ne me surveille, j'ai dû mal compter les gargouilles, la ruelle n'est pas si noire ni si longue! Je suis juste paranoïaque! Oui, c'est ça! Je décide de reprendre ma route.

        Je me retourne. J'ouvre grands mes yeux d'horreur et crie de toutes mes forces. Une terreur épouventable s'empare de moi!

        Devant moi se trouve l'être le plus repoussant que mes yeux aient pu voir! J'en tombe même à la renverse! L'être en face de moi n'est pas humain, c'est une immense silhouette mais... c'est une sorte d'ombre. Elle ressemble à un fantôme. Je recule terrifiée! L'être sourit d'un sourire rouge comme les sang. Il se rapproche, je coupe ma respiration. L'effroi me paralyse, je n'ose plus bougé, j'ai l'horrible impression que l'être m'hypnotise. Je ferme les yeux tandis que l'être informe s'approche de plus en plus en riant d'un rire effrayant qui vous glace le sang! Le rire se rapproche lentement, c'est un supplice!

        Tout à coup, il cesse! J'hésite à ouvrir mes yeux mais qu'est-ce que je risque de toute manière? J'ouvre, donc, prudemment mes yeux et ce que je vois me laisse sans voix!

        Il n'y a plus un mais plusieurs êtres étranges, tous identiques. Ils sont en cercle avec, en leur centre, un être en pierre... Une statue, une gargouille! Pourtant, ce n'est pas une gargouille ordinaire! Non, loin de là... Celle-ci est vivante! Je n'en croies pas mes yeux! Une gargouille! Moi qui en ais si peur, en voir une ici me rassure même si le fait qu'elle soit vivante me laisse un peu perplexe! Le plus impressionant reste à venir...

     

        La gargouille regardait partout autour d'elle et fixer de ses yeux de pierres les êtres étranges. L'un d'eux pris la parole:

      "Alors, Connord, de quoi te mêles-tu?

    La gargouille du nom de Connord serre les dents.

      -Guardiens! Vous ne pouvez pas! Non!

    Un autre des "Guardiens" prend la parole en s'avançant:

      -Tu es bien rebelle, jeune insolent!

      -Cette fille ne mérite pas ce qui l'attend!

    Il me désigne en parlant. Qu'est-ce qui m'attend?

      -Elle a été choisie, c'est un honneur pour elle!

      -Pourquoi faites-vous ça?!!! Nous souffrons tous du jours de notre Transformation et nous sommes bien assez alors pourquoi rajouter encore des personnes innocentes?!!!

    Un des Guardiens semble tout à coup en colère. Il s'avance paraîssant flotter au-dessus du sol vers la gargouille. D'ailleurs, plus je regarde Connord plus il me fait penser à quelqu'un... Mais oui! Il est une des gargouilles en haut de la cathédrale! Une qui ce soir manquait...

      -Cela suffit!!! Elle fait partie des Elus ! Et ce soir, ce sera sa Transformation. D'ailleurs, Connord, tu ne t'es jamais opposé à une Transformation!

      -Mais là, c'est différent...Du haut de la cathédrale on observe les environs et on voit souvent cette fille... Elle nous regarde avec crainte! Elle a peur de nous!

      -Et alors?

      -ALORS?! Elle ne peut se Transformée!

      -Elle fait partie des Elus!"

    Les Guardiens se mettent à tourner autour de Connord. Moi, je n'ose pas bouger depuis le début! Je suis littéralement paralysée. Je suis certaine d'être le centre de cette d'intérêt de cette conversation mais je n'en comprend rien... Et qui sont les Guardiens et Connord?

        Les Guardiens se rapprochent de la gargouille l'attaque avec des sortes de fluides noirs. Mes yeux regardent Connord, qui est en très mauvaise posture. Secrétement, même si je n'aime  pas les gargouilles, j'espère que Connord va s'en sortir! Il hurle de douleur et finit par s'écrouler par terre.

      "Connord!!!"

    Le cri est sorti tout seul de ma bouche. Plusieurs Guardiens se tournent vers moi et viennent dans ma direction. Mais certains restent près de Connord écroulé sur le sol.

        Je tremble, j'ai vraiment peur lorsque ces êtres immondes s'approchent de moi! Ils rient.

       "Lisbeth! Tu es une Elue!

      -C'est quoi?!!! Et qui êtes-vous?!

      -Tu poses trop de question, Elue! Tu verras et sauras quand le temps sera voulu!"

    Le ton de ce Guardien est sans appelle. Je recule et commence à pleurer de peur.

       

        Les Guardiens ouvrent leurs mains spectrales et géantes, ils font apparaître leurs sortes de fluides noirs qui avancent vers moi. Ces tuyaux translucides ondulent commes des serpents vers moi. J'entend mon nom dans ma tête prononcé par des tas de voix que je ne reconnais pas. Je recule encore... et me retrouve coincée contre le mur. Les fluides viennent toujours vers moi et sont maintenant à quelques cheveux de ma personne.

        Ils passent à travers moi et je ne tarde pas à sentir une douleur fulgurante me prendre. Elle est si forte que je m'en écroule par terre et en hurle de douleur. Je sens mes forces m'abandonner peu à peu comme aspirer... j'ai l'impression qu'on me vide!

        J'abandonne, mon corps ne supporte plus cette douleur... Je vois de moins en moins, tout ce qui est autour de moi tourne. Avant de sombrer éternellement dans l'inconscient, la dernière chose que je vois c'est Connord; il me regarde impuissant et je croies distinguer une larmes sur ses joues de pierres. Puis, c'est le noir complet!

     

        Tous les présents pleurent dans le cimetière. Chacun dépose une fleur sur la tombe de la pauvre enfant morte sans que personne de sâche comment.  On l'avait retrouvée inconscient le 22 juin au matin.Elle ne s'était pas réveillée... Son nom? :

    "Grognolle Lisbeth"

     

        "Ne pleurez pas pour moi!", c'est qu'elle aurait voulu leur dire! Des larmes coule de ses yeux gris à présent. Elle observe la scène du haut de la cathédrale sans pouvoir agir. Connord s'approche d'elle:

      "Lis... ça fait mal, hein?

    Je le regarde tristement.

      -Oui... même si je n'ai plus de coeur...

      -On est tous passé par là... Maintenant, c'est nous ta famille!"

    Il me sourit et me tient par l'épaule. Je me tourne vers lui et le regarde en tentant de sourire. Il a raison... Je suis une Elue! Mon devoir est de veiller sur Paris sous forme de ce qui me terrorisait le plus depuis mon enfance: celle d'une gargouille. Et oui, j'en suis une maintenant mais je n'ai plus peur. Grâce à Connord, j'ai appris ce qu'étaient les Guardiens. Ce sont des êtres neutres qui veillent sur les mortelles en choisissant des protecteurs: les Elus.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique