• Chapitre 9

    La nuit était tombée à Poudlard. Le couvre-feu était passé. Les élèves n'avaient donc plus le droit de se balader dans les couloirs. Pourtant, une silhouette déambulait dans les couloirs sombres à cette heure de la nuit. Cette personne avait la tête cachée par sa cape, tentant de se fondre dans l'obscurité ambiante. 

    Astoria Greengrass ne traînait pas. Elle n'avait aucunement envie de croiser le chemin des préfets et de se faire punir. Astoria se rendait en direction de la tour de Serdaigle. L'obscurité ambiante ainsi que le silence nocturne rendaient les couloirs de Poudlard assez inhospitaliers.Le moindre bruit semblait amplifié.

    Enfin arrivé à l'endroit où Mary devait la rejoindre, Astoria s'assit contre le mur. C'était un recoin de Poudlard, peu de chance qu'un préfet passe par ici lors de sa ronde. Les minutes parurent durer des heures le temps que Mary arrive. La Serdaigle portait, elle aussi, une cape la cachant. Elle ne semblait pas s'être faite à l'obscurité des couloirs puisqu'elle appela la jeune Greengrass à voix basse:

    "Astoria? Tu es là?"

    Immédiatement, cette dernière se releva en répondant de façon affirmative. 

    "Oh! Rassis-toi, lui proposa Mary.

    Obtempérant, Astoria se remit dans la position dans laquelle elle était quand elle attendait Mary. Les deux jeunes sorcières étaient donc assises maintenant côte à côte. Aucune des deux n'osa prendre la parole. Astoria considérait que ce n'était pas à elle de parler en première. Après tout, c'était Mary qui avait voulu la voir. Finalement, Mary s'éclaircit un peu la gorge avant de prendre la parole:

     -Je suis profondément désolée, Tori...

    Astoria frémit en entendant son surnom. Dans sa tête, Mary n'était plus digne de la nommer ainsi ! 

    -T'excuser ne change pas grand chose. 

    -Je ne le pensais pas. Les paroles ont dépassé mes pensées. Chaque jour, je m'en veux de t'avoir blessée..."

     Les deux sorcières discutèrent calmement pour la première fois depuis longtemps. Leur conversation fut interminable. Le temps passait et elles ne s'en rendaient pas compte. La réconciliation entre la Serdaigle et la petite Greengrass était certaine. 

    Plus tard, Astoria dut rentrer à son dortoir. Elle arpentait les couloirs, toujours aussi sombres, afin de regagner les cachots de Poudlard. 

    Alors qu'elle passait près d'une fenêtre, Astoria hurla. Derrière la vitre, se dressant comme un fantôme lugubre et squelettique, un Détraqueur se tenait là. La nuit, il n'était pas rare que ces créatures arpentent les extérieurs de Poudlard. Les gardiens d'Azkaban étaient devenus les gardes de Pourdlard depuis l'évasion de Sirius Black. 

    Astoria trembla de peur devant la créature. Elle était paralysée par la peur. 

    "Greengrass?" cria une voix en approchant d'elle et du Détraqueur qui lui faisait face. 

    Drago Malefoy venait de prononcer son nom. Il courait dans sa direction suivit de ses deux acolytes de toujours: Goyle et Crabbe. Pansy Parkinson faisait aussi parti du petit groupe.  Le Détraqueur s'éloigna de la fenêtre d'un coup. 

    Astoria tomba à la renverse, ses genoux se dérobant sous elle. Elle fixait la fenêtre avec angoisse, craignant de revoir le monstre. Le groupe de Serpentards arriva à sa hauteur. 

    L'héritier de la famille Malefoy posa sa main sur l'épaule de la petite Greengrass. Elle semblait dans un autre monde, déconnectée de la réalité. Il l'appela deux ou trois fois pour la faire revenir à elle... Sans succès. Il la secoua un peu.

    "Elle a une tête de zombie! se moqua Pansy.

    -Elle est toute pâle, s'inquiéta légèrement Goyle. 

    -Greengrass, tu m'entends?" répéta Drago Malefoy.

    Cette fois, Astoria sortit de sa torpeur pour fixer leurs visages un à un. Elle tremblait comme une petite chose fragile et avait des sueurs froides. 

    "On fait quoi ? demanda Crabbe.

    Pansy répondit immédiatement: 

    -On la laisse là et on s'en tient au plan initial! 

    -Mais on ne peut pas! beugla Goyle.

    Pansy soupira de frustration et d'agacement.

     -On laisse tomber et on rentre, décida finalement Drago. Mini-Greengrass, tu peux te lever?"

    Doucement, Astoria se releva. Elle avait encore un peu de mal à bien tenir sur ses jambes. Drago se tenait à côté de la petite sorcière et il demanda à Goyle d'en faire autant si jamais ses genoux se dérobaient sous ses pieds. Ce ne fut, cependant, pas le cas. 

    La bande de Serpentards reprit la direction vers leur dortoir. A la base, ils étaient sortis pour aller faire de mauvaises farces aux Gryffondors en posant des pièges devant l'entrée de leur dortoir. Cependant, avoir croiser Astoria avait fait changer leur plan initial.

    Pansy était verte de rage pour deux raisons: la première étant que leur petite bande n'avaient pas pu s'éclater ce soir, et l'autre raison était que Drago se préoccupait un peu trop de la petite soeur de Daphné. Non pas que Pansy était folle dingue de l'héritier Malefoy mais la sorcière était très possessive et, il fallait bien avouer, qu'elle vouait un culte au blondinet et qu'elle l'appréciait très grandement. 

    Drago et Astoria étaient à l'arrière du groupe. Le Serpentard n'était pas spécialement du genre à aider les autres... Pas du tout, même. Il avait essayé de lâcher Astoria pour qu'elle marche seule mais le sorcier avait l'impression qu'elle allait s'écrouler s'il la lâchait. Alors, il restait à ses côtés, jetant parfois des regards vers son visage d'une pâleur effrayante. Le Serpentard craignait qu'elle ne s'évanouisse. 

    "Qu'est-ce que tu faisais là, à une telle heure?

    -Je devais voir quelqu'un..., chuchota Astoria. 

    -Un rendez-vous? Dis donc, mini-Greengrass, t'es pas un peu jeune pour faire des escapades nocturnes pour retrouver ton copain? s'amusa-t-il tandis qu'un sourire en coin s'étirait sur son visage. 

    -Non, pas un rendez-vous avec quelconque copain."

    Drago ne posa aucune autre question. Juste devant eux, Crabbe et Goyle se lamentaient de ne pas avoir pu jouer un mauvais tour aux Gryffondors. 

    "Pansy, raccompagne la jusqu'à sa chambre, ordonna Drago quand les sorciers furent dans leur salle commune. 

    -Et puis quand encore? grogna la sorcière. Il faudrait aussi que je la borde comme si j'étais sa mère. Elle peut très bine marcher et aller jusqu'à son lit, toute seule, comme une grande.

    Pansy Parkinson croisa les bras et regarda le jeune Malefoy avec un lueur de défi dans le regard. Un rictus agacé naquit sur les lèvres de ce dernier.

    -Tu ne veux pas faire ce que je te dis? 

    -Non."

    Et elle partit avant que cette conversation ne continue. Astoria était silencieuse. De toute manière, elle n'aurait pas accepté que Pansy la raccompagne.

    "Je peux très bien regagné ma chambre à partir d'ici, seule", déclara la jeune Greengrass avec un petit sourire. 

    Elle avait l'air moins angoissée et terrifiée. Laissant les Serpentards plus âgés qu'elle, Astoria prit le chemin de sa chambre sous le regards de ses trois aînés. 

    "Heureusement qu'on passait par là, n'est-ce pas, Drago ? 

    C'était plus une question rhétorique de la part de Goyle qu'une véritable question demandée à Drago.

    -Morte de peur, sinon, là, on peut le dire! ricana Crabbe.

    -Oh la ferme, vous deux!" soupira le blond.

     

    Venant de vivre la soirée la plus étrange de sa vie, Astoria se laissa tomber sur son lit. Le fait qu'elle se soit réconciliée avec Mary avait été une excellente et bénéfique chose. Or... sa rencontre avec le Détraqueur l'avait totalement abasourdie et l'avait plongée dans une grande torpeur.  Le sommeil l'emporta dans son monde. Cependant, cette nuit-là, la jeune Greengrass ne fit pas un doux rêve. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :