• Chapitre 5

    Image de quote and night

    -Image: We Heart It-

    La sonnerie du réveil vint sortir Cécilia de son sommeil. La jeune fille n'avait aucune envie de se lever. Elle aurait aimé rester encore des heures sous sa couverture à rêver. Dans ses songes, elle revoyait sa soeur. La disparition brutale d'Edwige avait créé un manque insoutenable. 

    Les mouvements las de la jeune fille montrait bien son manque de motivation. Cependant, elle devait se résigner à se lever. Elle ne pouvait pas rester indéfiniment à dormir. La réalité rattrapait toujours les songes. Surtout quand les rêves étaient si agréables. 

    Depuis que sa soeur n'était plus à ses côtés, Cécilia était encore plus inexpressive qu'avant. Elle n'avait pas pleuré. En réalité, personne ne l'avait vu pleurer Edwige mais, le soir, quand elle était seule, dans sa chambre, ses yeux s'humidifiaient et des larmes y perlaient avant de couler lentement sur ses joues.

    L'épreuve la plus dure avait, sans doute, été celle de l'enterrement. Cécilia n'avait pas pu supporter de voir le corps sans vie de sa soeur. Elle avait eu du mal à supporter l'ambiance sinistre de ce jour-là. Outre les membres de la famille, elle avait pu voir que des amis de sa soeur étaient venus. A eux aussi, elle manquait. Un regrettable accident lui avait arraché la vie. Apparemment, elle se serait cognée la tête si fort que le choc l'aurait emportée.  Cécilia avait serré les poings. 

    Et maintenant, elle devait affronter chaque jour sans Edwige. La jeune fille avait récupérer quelques objets de sa soeur afin d'être certaine de conserver un souvenir d'elle. C'était rassurant, d'une certaine manière. Par moment, elle avait l'impression qu'Edwige n'était pas morte... Qu'elle était là, quelque part. Cécilia réfuté aussitôt ce genre de pensées qui la rendaient immédiatement triste, ensuite. 

    Jamais elle ne l'oublierait. Si Edwige n'était plus, Cécilia s'était promis de vivre à la fois pour elle mais aussi pour sa soeur. Elle lui écrivait des lettres qu'elle rangeait dans un tiroir de sa chambre. Tous les jours, elle prenait le temps d'écrire ces fameuses lettres qui, bien qu'au pouvoir éphémère, effaçait très légèrement le chagrin. Ces lettres permettaient à Cécilia de continuer à faire vivre sa soeur. 


     

    Edwige était dorlotée depuis son examen de capacité. Elle n'était jamais seule, souvent Azalie était à ses côtés. Tout le monde semblait lui adresser une attention toute particulière. 

    "Pourquoi ai-je l'impression qu'on s'occupe de moi, sans cesse? demanda-t-elle alors à Azalie lorsque les jeux jeunes filles furent seules, dans leur chambre. 

    -Ce n'est pas une impression, Edaline. Tu es spéciale. Une Enfant de la Lune très puissante... Même si tu n'en as pas l'air.

    Azalie avait toujours son sourire bienveillant sur les lèvres. Parfois, Edwige se demandait s'il était réellement sincère. 

    -Ah oui? 

    Celle avec les cheveux roses hocha la tête. 

    -Quand tu auras appris à maîtriser et à utiliser ta capacité, tu devrais être assez puissante. C'est le cas pour les Enfants de la Lunes ayant une capacité en rapport avec les quatre éléments. Personne ne te l'avait dit? 

    -Non. Tu viens de me l'apprendre...

    Edwige détestait cette impression d'être la dernière au courant de tout. Surtout quand les nouvelles la concernaient. 

    -C'est le maître Ronan qui a ordonné que tout le monde te traite avec égard. Il doit avoir de grands projets pour toi."

    Edwige haussa les sourcils. De grands projets, hein? Le but de l'Ordre Lunaire n'était pas uniquement de protéger les Enfants de la Lune? C'était pourtant ce qu'elle s'était dit. Elle interrogea Azalie sur ce sujet: 

    "Nous protéger et nous offrir un abris est, effectivement, le but premier de l'Ordre Lunaire. Mais nous avons, aussi, des buts plus secondaires. Déjà, il nous faut prendre garde à ce que les humains n'apprennent pas notre existence ni celle de nos ennemis. Nous devons rester des mythes dans leurs esprits. Ensuite, tu as dû entendre vaguement parler de notre conflit avec un grand nombre de Loups. Assez peu sont de notre côté. Le dernier but de l'Ordre Lunaire est, bien entendu, de mettre un terme à ce conflit qui dure depuis bien trop longtemps et qui fait trop de victimes parmi nos rangs."

    Azalie avait parlé avec un sérieux qu'Edwige voyait assez peu chez elle. Edwige aurait voulu creuser un peu plus loin en lui posant encore des questions. Cependant, Azalie changea de sujet. Elle lui dit qu'il était temps de prendre leur dose de sang avant de ressentir un manque. Edwige se retrouva seule dans la chambre tandis que l'autre jeune fille était parti chercher deux poches de sang. 

    Durant le temps où elle fut seule, Edwige s'observa dans le miroir de la chambre. Elle ne s'habituait pas à la couleur de ses yeux ni à celle de ses cheveux. Elle sortit de sa contemplation quand elle entendit frapper à la porte. Elle pensa d'abord qu'il s'agissait d'Azalie mais elle chassa bien vite cette idée. Sa camarade de chambre n'avait pas besoin de frapper pour entrer car elle savait qu'elle pouvait le faire. 

    En ouvrant la porte de sa chambre, Edwige se retrouva face à Paul. 

    "Bonjour, le salut-elle poliment. 

    Elle se ne doutait pas du tout qu'il était, à présent, au courant, de son "ancienne" identité. 

    -Maître Ronan veut te voir."

    Il ne lui dit pas un mot de plus et son ton reflétait de l’animosité. Edwige fut assez surprise par la froideur de ce dernier. Elle balbutia un petit "Bien" avant qu'il ne parte. 

    Peu de temps après, Azalie était de retour avec deux petites fioles remplies de sang. Elle en donna une à Edwige. Cette dernière ouvrit la fiole en regardant longuement son contenu. Boire du sang n'était pas encore quelque chose de naturel pour elle. Et même si elle appréciait le goût, le fait de savoir que c'était du sang la rebutait un peu. Cependant, elle savait que le liquide rouge lui était indispensable. Pire que cela, elle le sentait. 

    Plus tard, Edwige se trouvait dans la salle d'entraînement. En face d'elle se tenait Ronan. Il avait troqué ses habits élégants contre des vêtements plus sportifs mais lui conférant, toujours, une apparence majestueuse. Le regard sévère, il reprocha à la jeune fille d'être arrivée légèrement en retard. En effet, Ronan avait horreur d'attendre. Et pire que d'attendre: qu'on le fasse attendre.

    "Passons outre ce fait et commençons ton entraînement. D'après Droy, ta capacité serait liée à celle de l'élément de l'eau."

    Le ton de sa voix montrait le ravissement de cette nouvelle. Edwige avait rarement vu quelqu'un d'aussi expressif. 

    Ronan ne la ménagea pas. Il lui ordonna d'être autant concentrée que possible. 

    "Tu apprendras que, parmi les Enfants de la Lune, nous ne sommes pas tous égaux. Nous avons trois rangs différents. D'abord, les Omégas. Ils possèdent une capacité quelconque. Ensuite, il y a les Elémentaires. Tu es en une. Ce sont des Enfants la Lune dont la capacité est en lien avec un des quatre éléments. Et enfin, le rang le plus prestigieux est celui des Alphas. Ces Enfants de la Lune ont la capacité de ne pas en avoir en particulier. Ils sont capable d'apprendre plusieurs capacités et d'en maîtriser autant qu'ils le veulent en les apprenant. Dans notre organisation, il n'y a qu'un Enfant de la Lune Alpha et il s'agit de moi. Nous n'en avons jamais trouvé d'autre."

    Son discours avait un but, premièrement explicatif mais il voulait aussi faire comprendre à Edwige qu'il était son supérieur en tout point. 

    "Je vais t'apprendre à maîtriser l'eau, à dompter cet élément. Ta capacité sera une arme que tu pourras manier avec une facilité déconcertante."

    Ronan fit installer une bassine d'eau devant Edwige. Le premier exercice que la jeune fille devait accomplir était de faire bouger cette eau, sans la toucher. A chaque nouvel échec, Ronan lui ordonnait de recommencer à se concentrer et de retenter. 

    "Ferme les yeux. Imagine que l'eau est au bout de tes doigts. Fait lui faire les mouvements que tu lui ordonnes en les bougeant. "

    Il ne la laissa pas partir tant qu'elle ne réussit pas cet exercice. Lors de ses premiers essais, elle ne comprit pas comment arriver au résultat attendu par Ronan. Finalement, se concentrer durant autant de temps l'épuisa. Edwige avait sommeil. Elle n'avait que l'envie de dormir. Réfléchir au fait de se concentrer était même devenu compliqué. Ronan l'avait bien remarqué mais il continua d'attendre qu'elle réussisse. Par moment, il l'encourageait:

    "Tu y es presque."

    Alors qu'elle en avait assez, d'un mouvement de la main , l'eau suivit le geste. Edwige cligna des yeux. Elle venait de réussir! Elle ne savait pas réellement comment mais peu lui importait. Ronan afficha un grand sourire. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle réussisse en si peu de temps. Lui-même avait mis plus temps afin de simplement réussir à faire mouvoir de l'eau. 

    Edwige put, enfin, aller se reposer. Cependant, elle était fière d'elle. Quand elle arriva à sa chambre, Azalie n'était pas là, il n'y avait qu'un mot, posé sur la table de chevet:

    "On m'a confié une mission, je reviens d'ici quelques jours. 

    Azalie.

    P.S: Evite de te perdre sans moi. "

    Edwige le reposa. Une mission ? Elle se demanda quel genre de mission on pouvait confier aux Enfants de la Lune. En aurait-elle également? 

     La fatigue s'empara d'Edwige. Elle se laissa tomber sur son lit et sombra dans le sommeil. 

    Quand elle se réveilla, le lendemain matin, Edwige avait mal  à l'estomac. Elle n'avait rien avalé, hier soir, et son ventre lui réclamait à manger. Edwige avait très vite compris que le sang, s'il lui était nécessaire, ne pouvait pas être sa seule source de nourriture. Il lui fallait également du solide. 

    Edwige se rendit, avec un peu de peine, jusqu'à la grande salle. Il lui paraissait inconcevable de réussir à s'orienter un jour dans ce bâtiment. Quand, enfin, elle arriva à sa destination, Edwige s'installa seule à une table. Elle avait remarqué qu'à l'autre bout de la salle, il y avait Antonin et Paul. Cependant, une intuition lui soufflait qu'elle ferait bien mieux de ne pas aller vers eux. C'était ainsi, Edwige avait toujours fonctionner en suivant ses intuitions. 

    Personne ne vint s'asseoir à la même table qu'elle durant un long moment. Puis, le Marionnettiste entra dans la salle. Personne ne semblait faire attention à cet Enfant la Lune bien caché sous sa cape. Il s'assit juste en face d'elle.Edwige releva la tête pour voir le masque du Marionnettiste. Elle se demanda comment il pouvait manger avec ceci sur le visage. 

    Cependant, quand il apporta la nourriture à sa bouche, celle-ci sembla traverser le masque comme s'il ne s'agissait que d'une illusion. Non, plus précisément, le masque en était une. Edwige continua de manger sans plus se soucier de cette étrange personne. 

    Alors qu'elle venait de terminer d'avaler son petit-déjeuner, Edwige comptait sortir de la grande salle pour regagner sa chambre avant de devoir se rendre à l'entraînement supervisé par Ronan. 

    Au moment où la jeune fille aux cheveux bleus allait se lever, le Marionnettiste la retint en lui attrapant le bras. Surprise, Edwige eut un petit mouvement de sursaut. Elle regarda le masque opaque et vide d'émotion qui se trouvait en face d'elle. Le Marionnettiste déposa un morceau de papier dans sa main avant de lui lâcher le bras. 

    Edwige le regarda, impassible, fixement, durant plusieurs secondes avant de filer hors de la salle, perturbée par l'étrange comportement du Marionnettiste. Elle le trouvait vraiment étrange. elle tenait, dans sa main, le morceau de papier plié. 

    La jeune fille retourna dans sa chambre et s'assit sur son lit. Elle avait encore un peu de temps avant le début de son entraînement avec Ronan. Elle regarda quelques instants le morceau de papier avant de le déplier.  Les mots qu'elle lu la surprirent et la laissèrent perplexe. 

    "Les apparences sont trompeuses. Ne fais confiance à personne. Remets tout en question. Tu es une lueur d'espoir dans cette organisation pervertie.  Mon temps est écoulé. Il est trop tard pour moi mais pas pour toi."

    Edwige ne comprenait pas ce que cherchait à lui dire ce drôle de message. Qu'était-elle censée comprendre? Pourquoi lui disait-il qu'il n'avait plus de temps? Elle ne le connaissait pas. De quoi ou de qui devait-elle se méfier? De tout le monde ou d'une personne ne particulier? Edwige dut laisser ses interrogations de côté afin de se rendre à son entraînement. 


    Les jours s'écoulèrent et Edwige oublia le mot du Marionnettiste. Elle passait ses journée enfermée dans la salle d'entraînement à subir les exercices de difficultés croissantes de Ronan. La jeune fille maîtrisait de mieux en mieux son pouvoir. Quand elle ne se trouvait pas dans la salle d'entraînement, c'était généralement qu'elle se situait dans sa chambre et dormait. Les entraînements quotidiens l'épuisaient. Elle ne parlait à personne d'autre qu'Azalie, qui était revenue. Et encore, Edwige ne lui parlait qu'assez peu. La jeune fille aux cheveux bleus n'avait pas parlé de l'étrange mot du Marionnettiste à sa camarade de chambre. 

    "Ronan trouve que tu te débrouilles très bien. Il pense que tu es une excellente élève qui apprend vite, lui renseigna un soir Azalie. 

    -Ah ? J'ai plutôt l'impression du contraire durant les entraînements. 

    -Il veut que tu te donnes à fond sans te reposer sur tes lauriers. C'est pour cela qu'il se montre froid et exigeant durant tes entraînements", expliqua Azalie. 

    La plupart de leurs conversations se résumaient à ce genre d'échange. 


    Et un jour, tout bascula. Edwige mangeait avec Azalie dans la grande salle. Elles étaient assises l'une en face de l'autre. Edwige n'avait pas d'entraînement, exceptionnellement, ce jour-là, avec Ronan. Apparemment, il avait quelque chose de très important à faire, qui ne pouvait pas attendre. Et il ne pouvait pas prendre en charge, l'entraînement d'Edwige, aujourd'hui. 

    C'était le dîner. Tout le monde dans la grande salle était assez calme. Azalie avait remarqué qu'Edwige semblait vouloir éviter la présence d'Antonin et Paul. Pourtant, la jeune fille aux cheveux roses ne comprenait pas l'animosité qui paraissait régner entre eux. Elle appréciait énormément les deux cousins et avait fait pas mal de missions pour le compte de l'Ordre Lunaire en compagnie de Paul. C'était notamment grâce à ces missions qu'elle avait pu monter dans l'estime de Ronan.

    Le repas se passait dans le plus grand des calmes. Tout à coup, les portes de la salle s'ouvrirent violemment. Un loup gigantesque entra dans la salle en trombe. Edwige était toujours étonnée de la taille immense des loups-garous par rapport à la taille d'un loup normal. L'anime changea de forme pour prendre une apparence humaine. 

    Son visage reflétait une lueur sombre et de panique. 

    "Un Enfant de la Lune est mort! cria-t-il afin que tout le monde l'entende. Lors d'une mission, celui qu'on nomme le Marionnettiste, a mystérieusement disparu. Une patrouille est partie à sa recherche et il a été retrouvé, mort. "

    Edwige en resta abasourdie. Comme tout le monde dans la salle, maintenant silencieuse, elle fixa cet homme-loup pendant un long moment. 


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Novembre 2016 à 17:55

    Chapitre plein de rebondissement et plein de mystère. Une organisation pervertie,  ohoh très intéressant. Tout est entouré de mystère, autant les personnages que l'histoire. C'est vraiment très bien.

      • Jeudi 10 Novembre 2016 à 18:45

        Mais quel mystère se cache-t-il derrière l'Ordre Lunaire ?  ~

      • Jeudi 10 Novembre 2016 à 18:57

        Là est toute la question ? ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter