• Chapitre 44

    Les rôles de chacun étaient définis: Harry restaient au ministère, loin des soupçons d'Edgard et surveillerait ses agissements ainsi que ceux de ses hommes alors que Drago et Astoria partaient à la recherche de Donatella. Ils devaient se faire discrets.

    "Si mes déplacements sont connus du ministères, Edgard sera susceptible d'y avoir accès.

    -Pourquoi ne pas l'avoir arrêté?

    -Nous n'avions aucune preuve. Et sans preuve, nous ne pouvons rien. Afin d'éveiller le moins de soupçons possibles, nous allons prendre des moyens de locomotion moldus."

    Drago refusa de manière catégorique qu'Astoria retourne à son appartement afin de prendre des affaires. La sorcière comprenait son point de vue mais elle ne savait pas combien de temps ils allaient partir et il fallait bien qu'elle ait des affaires de toilettes et des habits. Drago avait déjà tout préparé pour le voyage qu'il s'apprêtait à accomplir. 

    C'est de cette manière qu'Astoria et Drago se retrouvèrent à faire les magasins dans le monde des moldus. Astoria prit uniquement le strict minimum. Elle ne tenait pas à voyager avec beaucoup de bagages.

    Les deux sorciers se trouvaient dans un taxi quand Astoria remarqua l'air mal à l'aise de Drago. 

    "Quelque chose à l'air de te perturber? s'enquit Astoria.

    -Tout à fait. Il y a une question que nous devrions régler avant de partir. Vous savez concernant nos...

    Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase car la cadette de la famille Greengrass le stoppa dans son élan.

    -Le sujet est clos. Je suis contre cette idée grotesque. En occurrence, je pense que laisser des problèmes de côté est une mauvaise chose. Seulement, dans ce cas, je préfère.

    -Tu fuis, Little Greengrass? demanda Drago en arquant un sourcil.

    Astoria réprima l'agacement qui montait en elle.

    -Ce surnom est ridicule. Je ne suis plus une enfant. Et je ne fuis pas, Malefoy. Je classe par priorité mes problèmes. 

    -Je suis ravi de voir que tu me considères comme un problème mineur.

    -Par rapport à la protection de ce livre, oui.

    -Bien... chaque chose en son temps, Little Greengrass."

    Si Drago acceptait de mettre de côté cette histoire de mariage, ce n'était pas la même chose pour le surnom qu'il lui avait toujours donné. 

     

    Astoria avait les jambes engourdies à cause des heures d'avion pour arriver en Italie. La magie était bien plus pratique pour ce genre de choses! Comment les moldus acceptaient-ils de voyager autant dans ces conditions? C'était cela le confort pour eux? 

    "J'ai mal partout..., dit Astoria en s'étirant.

    -Plus jamais je ne prendrais l'avion, grogna Drago. Allez! Nous n'avons pas de temps à perdre."

    Les deux sorciers avaient atterris dans la capitale italienne, Rome. La nuit était déjà tombée. Drago jugea qu'ils pouvaient se permettre de s'accorder la soirée. Le sorcier guida Astoria à travers les rues de Rome pour trouver un petit restaurant à la cuisine traditionnelle.

    "Une table pour deux, dit Drago au serveur dans un italien parfait. 

    Ils furent conduit à une table dans un coin tranquille du restaurant.

    -Tu parles italien ? s'étonna Astoria. 

    Drago haussa avec dédain ses épaules.

    -Oui, je parles plusieurs langues...  sans avoir besoin de magie. C'est plutôt pratique pour les affaires."

    Le dîner fit un peu grincer des dents Astoria. Il avait un peu trop l'apparence d'un rendez-vous galant d'un jeune couple. Ce n'était pas du tout l'image que voulait renvoyer Astoria en la compagnie de Drago et la situation la mettait mal  à l'aise.

    Le repas se passa dans un silence plutôt pesant. A la fin, Drago insista pour payer. Astoria le laissa faire et il quittèrent l'établissement afin de partir à la recherche d'un lieu pour dormir. Les deux sorciers s'arrêtèrent dans un petit hôtel dans le centre de Rome. Astoria insista pour être dans une chambre seule. Il lui paraissait hors de question de partager sa chambre avec Drago.

    "Il serait mieux que nous restions ensemble.

    -Je pense que ça ira très bien."

    Sur ces mots, Astoria laissa l'ancien prince de Serpentard. Elle prit la clef de sa chambre et partit. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :