• Chapitre 1

    Le Poudlard Express allait bientôt arriver. Rose Weasley repensait à ce matin. Ce matin, elle était allée pour la première fois dans la gare de King's Cross car ce matin, c'était le jour de sa rentrée à Poudlard en première année.

    "Rosie, ne sois pas trop amie avec lui", avait dit Ron à sa fille le jour de sa rentrée en première année à Poudlard sur le quai de la voie 9 3/4.

    La jeune fille rousse avait hoché la tête. Elle n'avait ni les cheveux raides ni bouclés comme les avait eu sa mère à son âge, Hermione Weasley, née Granger. Non, Rose Weasley avait des cheveux roux éclatants et légèrement ondulés. Et, des tâches de rousseurs dansaient sur son visage. Elle comptait bien obéir à ses parents.

    Le moment tant redouté pour les nouveaux, en tout cas pour Rose, était arrivé. Il était temps de monter dans le train pour Poudlard. Ron et Hermione avaient serré une dernière fois leur fille dans leurs bras et Hugo, le petit frère de la jeune rousse, lui avait fait un bisous sur la joue.

    "Dans deux ans, moi aussi, j'irais avec toi!", s'était-il exclamé en souriant.

    Sa soeur avait souri et lui avait gentiment ébouriffé les cheveux.

    "Rose! Tu viens? Le train va partir sans nous sinon.", avait joyeusement dit son cousin, Albus Potter en tirant Rose par le bras.

    Ils étaient montés dans les derniers. La plupart des wagons étaient pleins alors ils étaient allés dans le font du train.

    "Tu y crois, toi? James ne m'a même pas gardé une place!, avait grogné Albus.

    Sa cousine avait rigolé.

    -Au fond du train, on devrait trouvé un wagon qui n'est pas plein."

    Albus avait hoché la tête et ils étaient donc parti dans le fond du train. Là, effectivement, ils avaient trouvé un wagon qui n'était pas plein. C'était Rose qui avait ouvert la porte.

    "Bonjour, il reste de la place?, avait-elle demandé.

    C'était une question idiote car dedans il n'y avait qu'un garçon de leur âge, lui aussi allé entrer en première année.

    -ça se voit non?" avait-il répondu à la rousse.

    Les deux cousins étaient entrés et s'étaient assis. Albus avait ensuite détaillé le garçon en face de lui. Il n'était pas très grand, avait des yeux gris virant vers le bleu et des cheveux blonds si clairs qu'on pourrait presque croire qu'ils étaient blancs. Rose avait donné un coup de coude à son cousin pour lui signifier que cela était terriblement impoli de dévisager les gens de la sorte.

    Le voyage s'était passé sans un mot pour eux.

    Rose soupira quand le train s'arrêta enfin. Elle était contente d'enfin quitter ce wagon qui avait une lourde ambiance. Albus et elle ne s'était pas parlé du trajet et l'autre garçon n'avait pas tenté de leur parlé. Rose avait voulu dormir mais elle n'y était pas parvenue.

    "Tu sais qui c'était? demanda Albus à sa cousine dans une des barques les emmenant vers le château de Poudlard.

    -Non, aucune idée... Pourquoi? lui répondit Rose.

    -Je sais pas... Je le trouvais étrange... Il ne nous a pas regardé ni adressé un mot de tout le trajet..."

    Rose hocha la tête. Son cousin avait raison. Mais elle se disait que ce garçon était peut-être timide.


    Tous les premières années attendaient en stressant, assis sur leurs chaises, d'être appelés pour la répartition faite par le Choixpeau. Rose et Albus étaient assis l'un à côté de l'autre. La jeune fille se tenait droite et regardait droit devant elle tandis que son cousin tournait la tête dans tout les sens, impressionné par la salle dans laquelle il se trouvait.

    Le directeur de Poudlard se leva. Il s'agissait de Neville Londubat. Il était à ce poste depuis maintenant une petite dizaine d'années. C'était un jeune directeur que les élèves respectaient mais qui manquait parfois d'autorité. Neville regarda les élèves de chaque table puis les premières années. La règle obligeant les élèves de chaque maison à manger entre eux avait été aboli et ceux-ci étaient libres de manger avec les personnes ne leur choix. En revanche, en cette rentrée, le repas se faisait comme au temps de Dumbledore pour permettre aux nouveaux élèves de reconnaître et faire connaissance avec les élèves plus âgés de leur maison.

    "Bienvenue à tous pour cette nouvelle année. Poudlard est ravis de vous accueillir cette fois encore et de prendre sous son aile les futurs grands sorciers que voici."

    Il montra les premières années qui se redressèrent sur leurs chaises. Certains souriaient. Neville aussi souriant. Enfin, ce n'était pas très étonnant car il souriait souvent.

    "Il est donc l'heure pour eux de découvrir leur maison. Le Choixpeau décidera de les envoyer à Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle ou Serpentard."

    Le directeur termina son petit discours de bienvenue et ses élèves applaudirent.

    Le Choixpeau est apporté et les noms par ordres alphabétiques des nouveaux arrivants furent appelés. Puis, Albus fut appelé.

    "Potter Albus Severus!"

    Le garçon lança un regard un peu anxieux à sa cousine qui le rassura en lui rendant son regard et il se leva pour aller s'asseoir.

    "Hum... voyons... J'hésite... Et puis non! Gryffondor!"

    Albus, tout sourire se leva du tabouret et alla se placer à la table de Gryffondor à côté de son grand-frère, James. Le jeune Albus fut acclamé par toute sa table.

    "Weasley Rose."

    La rouquine se mit sur le tabouret à son tour. Elle espérait être avec son cousin. En plus, tous les Weasley allaient à Gryffondor depuis des générations. Et elle ne ferait pas exception à la règle!

    "Serdaigle!"

    Serdaigle? Rose enleva le Choixpeau et sous les applaudissements de sa table, elle s'assit aux côtés des élève de Serdaigle. Elle n'était pas mécontente du choix du Choixpeau mais... elle ne verrait pas Albus aussi souvent qu'elle l'avait espéré. Rose était intelligente mais n'avait pas vraiment confiance en elle et presque pas de courage. Serdaigle lui convenait donc mieux que Gryffondor et elle l'avait su depuis qu'elle était entrée dans la salle même si elle avait espéré... Il n'y a pas de regrets à avoir! Serdaigle était une très bonne maison. Et puis, elle pourrait voir son cousin quand elle le souhaiterais.

    "Malefoy Scorpius Hyperion."

    Le blondinet qui avait partagé le wagon avec Rose et Albus se leva. Le silence le plus complet était dans la salle. Il ne regardait personne et son visage était impassible comme s'il se moquait qu'on le craigne, qu'on le déteste, qu'on le critique ou, au contraire, qu'on l'admire. Le Choix ne toucha même pas sa tête qu'il hurla :

    "Serpentard!"

    Les élèves de cette maison applaudirent leur nouvelle recrue qui alla s'asseoir à la table.

    Rose regarda son cousin et ils s'échangèrent un regard. Ils avaient voyagé dans le même wagon que le fils de Drago Malefoy, un ancien mangemort que détestait le père de Rose, sans le reconnaître! Pourtant, Ron l'avait montré à sa fille sur le quai de la gare... Enfin bon... ils ne s'étaient pas adressés un mot.

    La rousse jeta un regard sur Scorpius. Il n'avait pas l'air méchant... juste... perdu? Non... Mal à l'aise ? Peut-être. Il faisait un peu tâche... C'était le seul qui ne souriait pas.


    Rose passa une excellente première année. Elle était celle qui obtenait souvent les meilleures résultats. Mais elle ne s'en vantait pas. C'était une élève discrète sans histoire. Elle avait quelques amies et passait beaucoup de temps avec son cousin, Albus. Elle connaissait la plupart des premières année de Serdaigle et Gryffondore. Elle passait pas mal de temps à la bibliothèque, pas pour étudier mais pour lire. Le reste du temps, elle était avec ses cousins et cousines ou ses amies, Alice Goldstein et Clara Finnigan. D'ailleurs, elles partageaient la même chambre.

    Albus, lui, était un élève moyen mais persévérant. Il avait eu plusieurs accrochages avec les Serpentards et surtout avec Scorpius Malefoy. Son frère, James, était toujours présent pour lui même s'il avait un goût un peu trop prononcé pour les blagues de mauvais goûts. Albus était un garçon que tous les Gryffondores appréciaient en raison de sa gentillesse, son intelligence, sa perspicacité et son courage. Il ne se laissait pas marcher sur les pieds sans pour autant être désagréable.

    Scorpius Malefoy, lui, était vite devenu la coqueluche de Serpentard. Il était froid, souriait peu et ne supportait pas les Gryffondores. Son père lui avait dit qu'il ne devait pas faire les même erreurs que lui... Et Drago en avait fait des erreurs ! Son fils le savait bien mais il aimait particulièrement jouer des tours aux élèves de cette maison-là. Paul Zabini, son meilleur ami, le suivait dans tous ces coups tordus. Il évitait de se frotter de trop près à Albus, ne voulant pas avoir toute la famille Potter-Weasley sur le dos, et aux élèves plus âgés, pour une question évidente de sûreté.

    La deuxième années de ces jeunes sorciers se passa à peu près de la même maniè le moment qui allait tout faire basculer, se passa un mois après la rentrée scolaire lors de la troisième année.

    Rose courait dans un couloir pour ne pas arriver en retard à son cours de potion. D'habitude, elle n'était jamais en retard mais ce matin-là, ses cheveux avaient été particulièrement difficiles à coiffer, et, en plus, lors du petit-déjeuner, elle s'était renversée tout un bol de chocolat chaud dessus. Cela l'avait donc obligée à remonter dans son dortoir pour se changer. Bref, tous ces petits événements l'avaient cruellement mise en retard. Le cours n'avait pas commencé mais c'était pratiquement l'heure... Elle ne faisait pas attention aux élèves autour d'elle. Et ce qui devait arriver, arriva: elle percuta quelqu'un de plein fouet.

    La petit Weasley tomba en arrière et se frotta la tête.

    "Alors Weasley? On ne regarde plus devant soi? se moqua la personne qu'elle avait percuté.

    La jeune fille releva la tête et croisa les yeux gris assassin de celui qu'on nommait le Prince de Serpentard, Scorpius Malefoy.

    -Je... Pardon!

    Elle se releva en vitesse. Paul riait en se moquant de la maladresse de Rose.

    -Ne me parles pas et surtout, ne t'avises plus jamais de mon foncer dedans."

    Il avait une voix menaçante qui en donna des frissons à la petite Rose. Il la regarda un instant en se disant qu'elle n'avait aucune répondant et qu'elle était sûrement plus fragile que son abruti de cousin. Il reprit son chemin en lui donnant un violent coup d'épaule. Son meilleur ami le suivit en bousculant lui aussi la jeune fille qui vacilla sans tomber cette fois.

    Rose reprit sa route, en marchant cette fois, vers son cours en serrant ses livres contre elle. Elle arriva en retard.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :