• 18

    Scorpius marchait à travers Poudlard pour rejoindre son dortoir. Ses mains était dans ses poches. Comment avait-il pu accepter aussi facilement de devoir faire équipe avec Albus Potter? Il savait naturellement pourquoi. Mais il refusait de l'avouer et bannissait cette simple pensée de son esprit. Il se demandait s'il arriverait véritablement à s'entendre à peu près cordialement avec Albus. Il en doutait fortement. Depuis quand exactement se détestaient-ils? Scorpius n'était pas capable de donner une date précise. C'était un événement tragique qui avait été la base de leur haine réciproque.

    Il suffisait à Scorpius de fermer les yeux pour se souvenir de ce jour qu'il avait tenté d'oublier. Malheureusement, ce sont les choses dont on ne veut plus se souvenir que notre esprit garde le plus précieusement. Le pire, dans cette histoire, c'est que le blond était responsable. Ce n'était qu'un gosse, à l'époque. Un gosse qui savait très bien ce qu'il faisait.

    Tout d'abord, avant même qu'une haine terrible ne prenne Albus et Scorpius, leurs familles n'étaient pas les meilleures amies du monde. Il existait une certaine cordialité entre elles mais, c'était une relation tendue. Quand il était petit, Scorpius avait écouté son père lui parler de ses années à Poudlard. Drago ne mentait pas à son fils. Il n'embellissait pas le garçon détestable qu'il avait été. Drago avait raconté à son fils toutes les bêtises qu'il avait fait à Poudlard, ses erreurs ainsi que les événements concernant Voldemort. Drago n'oublia pas de dire à son fils que sans Harry Potter, il serait mort à l'heure qu'il était. Scopius, tout jeune, avait tout écouté avec attention. Le passage qu'il aimait le moins, c'était justement le sauvetage de son père. C'était comme si son père était, depuis ce jour, redevable au fameux Harry Potter. Ce n'était pas totalement faux. Il lui devait la vie. Cependant, l'idée d'être dépendant ou redevable à une personne ne plaisait pas du tout au petit blondinet assis sur les genoux de Drago.

    Les Malefoy et les Potter se voyaient souvent au soirées mondaines de la communauté sorcière. Malgré la guerre et l'implication des Malefoy aux côtés des ténèbres, celle-ci s'en était bien tiré lors de son procès. Narcissa, la grand-mère de Scorpius avait sauvé la vie de Harry Potter. Cet élément avait rendu les juges plus cléments quand ils avaient vu que le célèbres sorcier avait, lui-même, plaider la cause de cette famille. Les Malefoy avaient conservé leurs richesses et leur rang dans la communauté mais c'était différent. La honte pesait sur cette famille à présent. Scorpius avait toujours grandi dans cet univers de méfiance perpétuelle car, de nombreux sorciers trouvaient injuste que cette famille s'en soit aussi bien sortie. Le blond, sur le chemin de Traverse, avait entendu, maintes fois, des sorciers chuchotaient à son passage ou à celui de ses parents. On se méfiait des Malefoy et les Malefoy se méfiaient de tout le monde sauf des Zabini.

    Zabini et Malefoy étant deux familles proches, Paul et Scorpius s'étaient connus dès leur plus jeune âge. Paul comprenait mieux que personne les émotions et les tourments de Scorpius. Ces deux-là avaient pratiquement grandi ensemble. Et puis, il y avait aussi les Nott et les deux insupportables jumeaux. Par moment, Paul et Scorpius aimaient bien jouer avec Armand mais.. les deux garçons n'avaient jamais pu avoir une once d'amitié pour la petite Miria. Elle était déjà une petite fille habituée à être pourrie gâtée, égocentrique et insupportable.

    Un jour, dans une soirée mondaine regroupant tout le gratin de la communauté sorcière, Scorpius était présent avec ses parents. Le petit garçon se tenait bien droit, la tête haute à côté de son père. Peu de personnes venaient les saluer. Ils n'étaient apparemment pas complètements les bienvenus. Le blondinet l'avait très bien compris malgré son jeune âge. Tout à coup, les Potter avaient fait leur entrée. Harry et Ginny avaient de grands sourires sur leurs visages rayonnants. Scorpius les observa, ce couple lui semblait irréel, trop lumineux. Il avait une sorte d'admiration pour eux, surtout pour Harry et il détestait cela. Le charmant couple était accompagné de leurs trois enfants, James, plus vieux que Scorpius, Albus, du même âge que le blond et la petite Lily. Cette famille attirait tout les regards, elle respirait la joie. Les sorciers allaient tout naturellement les saluer. Certains par respect, d'autres par amitié et encore d'autres par hypocrisies mais tout le monde se dirigeait vers les Potter.

    Scorpius comprenait la solitude. Les enfants voulaient tous jouer avec les enfants Potter. Lui, il fallait qu'il fasse le premier pas vers les autres et, souvent, en apprenant son nom, il se faisait rejeter. Qu'avait-il fait pour être ainsi éloigner des autres ? Pourquoi personne ne voulait s'amuser avec lui? Il n'avait fait que naître dans la famille Malefoy, rien de plus. Il était une sorte de paria dans sa communauté, quelqu'un qu'on tolère mais qui ne sera jamais véritablement accepté. James, Albus ou leur soeur pouvait faire n'importe quelle bêtise, ils seraient toujours les enfants d'un héros et cela leur garantiraient une sorte d'immunité. Peu importe ce qu'ils feraient, que cela soit en bien ou en mal, il y aurait toujours une excuse pour les pardonner, ils seraient toujours les bienvenus chez les sorciers. Scorpius, lui, savait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur. Cette constatation l'énervait et le rendit jaloux des enfants Potter, d'Albus en particulier puisqu'ils avaient le même âge.

    Les deux garçons s'étaient véritablement rencontrés lors de leur rentrée à Poudlard, pendant leur onzième année. Scorpius, dont la jalousie envers le brun n'avait pas diminué, était bien décidé à le battre dans tous les domaines. Il voulait prouver à tous qu'être un Potter ne signifiait pas qu'il était le meilleur. Le jeune Malefoy voulait montrer qu'il était intelligent. Albus prit cette sorte de compétition comme un défi à relever.

    Durant les vacances d'été entre la première et la seconde année pour la génération de Scorpius, il y eut un pique-nique organisé pour les familles importantes de la communauté sorcière. Les Malefoy ainsi que les Potter furent invités. Scorpius se promenait le long de l'entrée d'un bois quand il croisa la route d'Albus et d'un de ses cousins qui marchaient en sens inverse. Ce n'était pas un cousin proche qui accompagné le jeune Potter. A vrai dire, Scorpius ne connaissait même pas son prénom. Bon, il est vrai qu'Albus avait énormément de cousins.

    Les deux garçons s'étaient fusillés du regard. Ils avaient passé toute leur première année à se faire de mauvais tours. Les deux garçons ne s'appréciaient vraiment pas. C'est presque naturellement qu'en se croisant, qu'ils se lancèrent des piques. N'ayant personne pour les arrêter, les piques avaient viré en insultes poignantes. L'étape suivante était d'en venir aux mains. C'était ce qui avait terminé par se produire. Tandis que le blond roulait en donnant et recevant des coups avec Albus, le cousin de ce dernier, sûrement un peu plus jeune que le brun, tenta de les séparer. Malheureusement, les trois garçons tombèrent dans un court d'eau. Albus et Scorpius sortirent sans aucun mal de l'eau. Mais le cousin du brun ne remontait pas à la surface. Dans un élan de panique et de frayeur, Albus retourna dans l'eau chercher son cousin.

    Finalement, Albus réussi à le sortir de l'eau. Scorpius, entre-temps, était parti. Le cousin du jeune Potter était inconscient. Albus prévint ses parents de ce qu'il s'était passé et le garçon fut emmené à St Mangouste. Il se réveilla quelques jours plus tard, amnésique. Il ne se souvenait même plus de ses parents. Depuis ce jour, la haine d'Albus n'avait cessé de grandir contre le Serpentard. Il s'était promis, ce jour-là, qu'il protégerait sa famille de Scorpius. Il s'était promis que le blond ne s'approcherait plus jamais d'un être qui lui était chère.

    Dans cet objectif, Albus avait échoué. Scorpius savait qu'il avait fait des erreurs. Des tas même. S'il le pouvait, il aurait changé le passé. Il s'était comporté comme tout le monde voulait qu'il se comporte. Personne ne voyait en un Malefoy une personne digne de confiance et ayant un bon fond. Non, tout le monde avait, depuis toujours, vu seulement le fils de Drago Malefoy et le petit-fils de Lucius Malefoy, des mangemorts. Pour les autres sorciers, Scorpius était forcément un enfant mauvais qui avait grandi en baignant dans des principes considérés comme des crimes. Il était simplement devenu ce qu'on attendait de lui. On voulait le voir désagréable et hautain, il l'était devenu. Cependant, ces derniers temps, il avait changé. Il se sentait comme renaître petit à petit. Il pensait différemment et s'inquiétait pour autrui. Il savait pertinemment à cause de qui il avait changé. Cette satané rousse lui avait permis de se rendre compte qu'il se trompait totalement de chemin. Rien n'effacerait ses erreurs passées mais il pouvait toujours tenter d'être une personne meilleure dans l'avenir.

    Quand il arriva dans son dortoir, Scorpius remarqua l'absence de Paul. Il aurait aimé se retrouver seul mais Tybalt, lui, était là.

    "On traîne après les cours, Malefoy?

    -J'ai une vie sociales plus remplie que la tienne. Faut pas m'en vouloir.

    -Je comptais pas rester."

    Tybalt se leva et quitta la pièce laissant le blond seul. Scorpius se laissa tomber sur son lit. Il était fatigué.

    Les dortoirs de Serdaigle venait d'être modifié suite à la mort d'Alice. Clara et Rose était toujours ensemble mais dans une chambre différente de celle qu'elles occupaient. De plus, une autre fille de leur maison partageait leur chambre, une née-moldue, Aglaé Roselière. Clara et Rose ne la connaissait que très peu. C'était une fille assez effacée qui n'avait jamais eu d'histoire. Clara avait terminé de ranger ses affaires dans la nouvelle chambre quand la rousse arriva.

    "Où étais-tu? demanda Clara. Je me suis inquiétée, j'ai cru qu'il t'était arrivé quelque chose...

    -T'en fais pas, j'étais juste avec Albus. D'ailleurs, c'est cool que vous vous reparliez."

    En effet, il y a peu de temps, Clara était allée voir de nouveau Albus pour discuter avec lui. Ils avaient convenus qu'ils garderaient une relation purement amicale et cordiale. La jeune fille avait pensé qu'elle passerait plus de temps à se remettre du rejet du brun. Cependant, au final, elle ne lui voulait plus et ne ressentait plus d'amour pour lui. Elle préférait rester amie avec le brun que de perdre son amitié pour une histoire qu'elle considérait comme appartenant au passé. Clara se disait que si Albus ne l'aimait pas, elle trouverait bien un autre garçon qui l'aimerait telle qu'elle est. Cependant, avec tous ses meurtres, elle n'avait pas trop la tête aux sentiments amoureux et joyeux.

    Le lendemain, lors du petit-déjeuner, Tybalt reçut une lettre apportée par un hiboux. Il savait que c'était les lycanthropes qui lui envoyaient. Ce n'était pas la première fois. Il recevait une lettre d'eux avant chaque meurtre lui indiquant le nom de sa cible. Sans l'ouvrir, il la rangea dans sa robe de sorcier. Il l'ouvrit quelques heures plus tard, quand il se retrouva seul. Dedans, sans surprise se trouvait le nom de sa prochaine victime. Mais il y avait une information de plus que d'ordinaire.

    " Tybalt,

    Les informations et le travail que tu as effectué nous a extrêmement satisfait. Ceci est la dernière lettre que tu recevras. Après avoir éliminer le dernier descendant de anciens généraux sorciers ayant vaincus notre peuple, tu quitteras Poudlard immédiatement pour venir nous retrouver. Nous n'avons pas bouger. Ton rôle au sein de cette école est terminé. Ta mission accomplie, nous serons prêts à déclarer la guerre aux sorciers.

    Voici le nom de ta dernière cible: Finnigan Clara."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter